Les différents modèles de climatiseurs réversibles

La pompe à chaleur : l’équipement le plus efficace

Pour parler d’un climatiseur réversible, on parle invariablement de pompe à chaleur (Pac) air / air. C’est cet appareil électrique qui est le plus souvent installé pour chauffer la maison en hiver et rafraîchir en été. Il existe plusieurs types de pompes à chaleur : celle qui fonctionne en puisant l’énergie, c’est-à-dire la chaleur, dans l’air pour la renvoyer à la maison en hiver ou la ventiler à l’extérieur. L’été, appelée pompe à chaleur air/air ; la pompe à chaleur air/eau, les calories absorbées dans l’air pour chauffer ou refroidir l’eau qui alimente ensuite les radiateurs ou, par exemple, un plancher chauffant ; la pompe à chaleur géothermique qui va extraire la chaleur du sol sans sortir d’air extérieur.

Une pompe à chaleur réversible présente de nombreux avantages. Tout d’abord, regrouper les deux fonctions de chauffage et de climatisation en un seul appareil, ce qui permet d’économiser de l’espace dans la maison. La pompe à chaleur a donc un rendement élevé tout en consommant peu d’énergie. Son système de chauffage est donc très économique et compense facilement les coûts de climatisation en été. Une pompe à chaleur réversible a aussi l’avantage de réguler le taux d’humidité de l’air ambiant et donc de l’assainir. Bien qu’elle agisse comme un climatiseur souvent critiqué en matière d’environnement, une thermopompe air-air a peu d’impact sur l’environnement. L’air qu’il fait fonctionner est en effet une ressource naturelle renouvelable et la pompe à chaleur libère très peu de CO2 dans l’air.

Pour savoir : Les réfrigérants qui permettent le fonctionnement d’un climatiseur réversible sont cependant accusés d’être très polluants, puisqu’ils étaient composés de chlorofluorocarbures jusqu’en 2000, date à laquelle ils ont été interdits en raison de leurs effets nocifs sur la couche d’ozone. Ils ont déjà été remplacés par des hydrofluorocarbures (HFC), mais ceux-ci font partie des gaz à effet de serre dont l’utilisation sera interdite à partir de 2050.